GAFAM : le Digital Market Act sonnera-t-il la fin de leur hégémonie sur l’internet européen ?

 fin de l’hégémonie des GAFAM sur l’internet européen ?

Smartphone qui contient des applications digitales de GAFAM.  digital market act

Le 24 mars dernier, les autorités européennes ont trouvé un accord censé mieux réguler les géants américains du digital au sein de l’espace numérique de l’Union européenne. L’application de cet ambitieux texte législatif est programmé au plus tôt pour le printemps 2023. Le DMA aura pour mission de s’attaquer aux pratiques anticoncurrentielles sur le marché européen.  Cela signifie-t-il pour autant la fin de l’hégémonie des GAFAM ? Le travail des professionnels actifs dans la communication digitale en sera-t-il impacté ? Rien n’est moins sûr. 

Un rapport de force qui était jusqu’à maintenant déséquilibré 

Jusqu’à présent, les géants du web qui incluent les célèbres GAFAM (GoogleAmazonFacebookApple et Microsoft) semblaient dominer le marché mondial de l’internet. Ces puissantes plateformes avaient pris l’habitude d’imposer leurs conditions d’utilisation aux utilisateurs du monde entier.  
Il est à ce jour impossible d’utiliser un autre store que l’Apple Store si vous possédez un Iphone. Il n’existe pas d’interopérabilité entre les nombreux services de messagerie comme Messenger et Whatsapp. Ces restrictions impactent à la fois les consommateurs mais aussi les professionnels du digital qui doivent adapter leur travail aux conditions édictées par les plateformes.  Un professionnel qui souhaitent changer son Iphone pour un smartphone android est actuellement dans l’incapacité de faire transiter toutes ses applications sur son nouveau device.

Les autorités européennes avaient jusqu’à ce jour peu d’emprise sur le comportement de ces mastodontes du web. Il aura fallu attendre plusieurs années pour que l’Union européenne prenne conscience des enjeux du numérique et dicte ses propres règles sur son territoire.  

Valoriser la compétitive, la croissance et l’innovation 

L’objectif premier du DMA sera de mettre en place des conditions de concurrence équitable afin de favoriser l’innovation, la croissance et la compétitivité.
Les acteurs dominants seront ainsi dans l’obligation de donner le choix à leurs utilisateurs de privilégier comme ils le souhaitent une plateforme plutôt qu’une autre. Cette mesure nourrira la concurrence et permettra à de nouvelles sociétés innovantes de s’implanter librement et durablement sur le marché numérique européen. Ce “game changer” constitue une opportunité pour de nombreuses sociétés belges et étrangères actives dans la programmation informatique.
Les habitudes de communication des internautes risqueront également de s’adapter à la suite de l’instauration du DMA. Certaines plateformes et services de messagerie en ligne vont possiblement voir leur nombre d’utilisateur croître ou diminuer suite à l’interopérabilité des services de messagerie.
Ce sera aux communicant de constater de l’évolution du marché pour adapter leur stratégie à celle-ci. 

Des interrogations toujours en suspend

Les géants du web n’ont pas tardé à réagir à cette annonce. Selon eux, l’écosystème fermé qu’ils ont mis des années à mettre en place assure une protection optimale des données personnelles de leurs consommateurs. Plusieurs experts en cybersécurité estiment toutefois que le caractère fermé d’une application n’assure pas une sécurité à 100% des données sensibles. Aucune entreprise informatique n’a été épargnée par des attaques informatiques ou des vols de données personnelles. L’ouverture à plus de concurrence ne risquera-t-elle pas d’augmenter significativement l’offre de plateformes qui auront comme conséquence de désorienter les utilisateurs. Les plateformes frauduleuses ne risquent-elles pas de se multiplier.

Les géants du web voient peut être d’un mauvais oeil le projet Digital Market Act qui s’il est adopté pourrait inspirer d’autres pays comme les Etats-Unis à encadrer davantage les plateformes. Les GAFAM peuvent toutefois dormir encore quelques temps sur leurs deux oreilles . Le règlement général de protection des données (RGPD), a montré que les GAFAM savaient trouver des échappatoires au cadre qui leur est imposé. L’enjeu pour le DMA consistera à se doter de moyens d’application et de contrôle suffisamment efficaces pour surmonter le manque de transparence et de volonté des géants du web.

Si vous souhaitez plus d’information sur le Digital Market Act et ses implications au quotidien, nous vous invitons à vous rendre sur le site internet de la Commission européenne.